U.F.P CAMEROUN

politique

Accueil


http://static.onlc.eu/ufpcamerounOBE//131455353880.jpghttp://static.onlc.eu/ufpcamerounOBE//131134345482.jpg

ETAT DES LIEUX

Nous, militants du Foyisme politique ou Foi Positive, pensons que la racine profonde du problème camerounais se trouve dans ce que nous appelons la  foi négative. Cette foi négative est un état d’esprit qui depuis très longtemps déjà, oriente nos manières de penser et d’agir, quelle que soit notre situation dans la société.

Nous considérons que c’est bien cette foi négative qui nous enfonce chaque jour dans les ténèbres de l’égoïsme ; la peur ; le doute par rapport aux choses apparemment difficiles ; l’amour de la facilité et de la tricherie ; le complexe d’infériorité ; la jalousie et la méchanceté ; l’esprit de ruse et de tromperie des autres, etc.

Nous affirmons que c’est en effet cet état d’esprit presque généralisé dans notre pays, qui entraîne les phénomènes que chacun de nous vit au quotidien : dictature de l’argent ; orgueil et mépris des autres ; recours à la sorcellerie et aux fétiches ; règne des sectes et des idoles ; déviances sexuelles ; corruption et vol de la fortune publique ; tribalisme ; conflits et affrontements permanents en famille, au travail et dans la rue ; mauvaise ambiance sociale et mal-vivre généralisés entraînant stress, maladies diverses et mortalité élevée ; esprit de trahison et de profit personnel ; manipulations politiques de toutes sortes, en résumé rejet de Dieu.

Clarifions ici que nous parlons du Dieu unique, Créateur de l’univers et de tous les hommes qu’ils soient musulmans, chrétiens ou  juifs. Il est donc question, non pas du Dieu d’une certaine chapelle ou mosquée, mais plutôt de notre Dieu à tous, qui prescrit les mêmes commandements et promet la même prospérité à l’humanité toute entière. Nous devons alors reconnaître que notre conduite de tous les jours est plutôt souvent contraire à celle que nous devons avoir si nous voulons vraiment que notre pays se porte mieux et progresse véritablement.

En effet, la corruption et la mauvaise gouvernance dont on parle tant ne sont-elles pas en effet dues à l’esprit de tricherie, d’égoïsme, de chasse à l’argent, de ruse et de tromperie des autres ? Ne sont-elles pas aussi dues à la disparition de la confiance en soi et au pays, qui pousse certains à ramasser le maximum pour se mettre eux, à l’abri des incertitudes ?

Le fait pour nos dirigeants d’accepter de signer des accords inégaux, qui soumettent le pays aux servitudes du pacte colonial et partant de la pauvreté, n’est-il pas fondamentalement dû à ce vieil esprit d’égoïsme et de trahison du frère, à ce complexe d’infériorité du colonisé face au maître blanc, à cette lâcheté habituelle, à cette absence d’ambition et d’assurance que nos peuples peuvent aussi  se battre pour s’élever au niveau des meilleurs ?

Les constitutions trafiquées et les systèmes électoraux tripatouillés à travers diverses techniques ne sont-ils pas d’abord une  manifestation d’égoïsme et de volonté d’exclusion des autres ; de tricherie ; de malhonnêteté  et de promotion de l’injustice dans l’ensemble de la société; de peur des lendemains pour ceux qui sont aux affaires; d’angoisse et d’inquiétude face à l’exigence de rendre des comptes un jour, d’une gestion souvent obscure ?

LA FOI POSITIVE

Certes, la perfection n’est pas de ce monde mais nous croyons qu’il est possible de mobiliser nos énergies afin de changer cette situation et faire prédominer la Foi Positive autant que possible. Les constituants de cette Foi Positive s’appellent amour et crainte de Dieu ; confiance en soi ;  ambition et optimisme ; instinct de solidarité ; amour du prochain et de la vérité ; esprit de justice, d’équité et de partage ; patriotisme ; honnêteté et sincérité ; humilité ; travail et excellence ; joie et bonne humeur ; intégrité et esprit de Fraternité, etc. Ces vertus de la Foi Positive doivent passer aux mains de chaque citoyen pour devenir le Nouvel Esprit de la société camerounaise.

Pour être encore plus concret, vivre dans la Foi Positive c’est donc,  pour le Chef de l’État comme pour le plus modeste citoyen, vivre dans l’amour et la crainte de Dieu, dans tous les lieux et moments de notre quotidien et non plus seulement, dans le meilleur des cas, pendant la prière ou à l’intérieur de la mosquée ou de la chapelle. C’est aussi pratiquer la Fraternité sincère et l’amour du prochain aussi bien en famille, à l’école, au travail ainsi que dans les diverses positions de la vie sociale.

Pratiquer la Foi Positive c’est, pour le gouvernement, être capable de prendre les décisions politiques, économiques ou sociales les plus pertinentes et les plus courageuses permettant de réaliser le plein-emploi, dans l’objectif d’assurer l’abondance, tout en donnant travail et dignité au maximum possible de Camerounais.

Faire partie de ceux qui font le choix de vivre dans la Foi Positive, c’est pour chacun d’entre nous, prendre ses responsabilités de citoyen en s’intéressant activement à la question politique dont dépend la transformation positive du pays que tout le monde semble souhaiter hélas seulement souvent du bout des lèvres. La Foi Positive nous invite donc tous, à nous lever comme un seul homme pour l’action en mettant fin à cette attitude passive qui entretient l’illusion chez beaucoup d’entre nous, que le changement tant souhaité sera réalisé soit par les autres soit par on ne sait quels extraterrestres.

Agir dans la Foi positive, c’est aussi, pour les dirigeants, appliquer les nobles principes de justice sociale et de méritocratie dans les concours administratifs, les recrutements ainsi que l’accès aux divers services publics ou privés ; c’est aussi, en prêchant par l’exemple, assurer une gestion saine, équitable, patriotique et durable des richesses du pays, en se préoccupant du sort des générations futures ainsi que celui des populations les plus faibles et les plus défavorisées ; c’est encore, promouvoir l’esprit d’ambition ; de courage et de sacrifices ; d’effort dans le travail ; d’inventivité et de combativité chez  chaque Camerounais.

OBJECTIFS D’ENSEMBLE

 

A travers les objectifs pratiques ci-dessous, nous proposons maintenant un aperçu de quelques grandes lignes de l’ensemble de notre projet politique :

  • La Transformation de l’esprit et du mental camerounais par la propagation des vertus de la Foi Positive ;
  • La révolution du système de santé et du système éducatif par le développement de l’enseignement technique et professionnel (Instituts techniques, écoles d’ingénieurs  et de techniciens dans diverses filières pratiques dont agriculture, industrie, etc.)
  • La libération du pays des chaînes paralysantes du pacte colonial ;
  • La mise en place d’une véritable superstructure monétaire et financière au service de l’économie (politiques keynésiennes de plein emploi dont grands travaux à haute intensité de main d’œuvre pour le développement des infrastructures publiques, développement du crédit à la production locale, politique d’accroissement des revenus, etc.)
  • L’instauration d’une gouvernance économique et sociale humaniste et juste à travers notamment la culture de la qualité de la dépense publique ;
  • L’émancipation véritable de l’agriculture et du monde rural (y compris élevage, pêche et agro-industrie) par l’accompagnement des paysans au plus profond des campagnes par des institutions de financement spécialisées ;
  • La mobilisation et l’implication totale de la Diaspora dans la mise en mouvement du pays ;
  • La garantie de la sécurité et de la justice aux camerounais ;
  • La promotion de la vraie histoire de notre pays et des cultures et traditions locales les plus positives ;
  •  L’amélioration de la qualité de vie des populations par les loisirs, l’écologie, la culture, etc. ;
  • La promotion de la Fraternité et de la Solidarité africaines à travers la mise en œuvre du panafricanisme dont l’objectif final est la construction des Etats-Unis d’Afrique.
  • D’une manière générale, la mise de l’action publique au service de la quête permanente du mieux-être de l’Homme ainsi que celle de la Prospérité spirituelle et matérielle constante des populations et de notre pays. 

Nous déclarons par conséquent, qu’il est urgent pour nous, de soutenir et de faire triompher dans notre pays, ce nouveau système politique et social basé sur ces vertus et ce modèle de la Foi Positive.

Nous indiquons qu’il ne s’agit donc pas pour  nous, d’engager un combat contre des individus, au demeurant, comme tous les hommes, passagers sur terre mais plutôt d’agir pour l’instauration d’un système alternatif, durable et véritablement pertinent pour notre société.

APPEL

En vue de favoriser le triomphe de cette orientation politique et sociale, nous voulons interpeller particulièrement les religieux, les femmes et hommes de médias, les enseignants, les jeunes, les éducateurs sociaux, les parents, les politiques, les leaders d’opinion ainsi que toutes les bonnes volontés et personnes en relation avec des groupes sociaux et sensibles à cette nouvelle approche du gouvernement de la cité.

Le modèle de la foi positive que notre équipe ainsi que tous ceux que  nous appelons désormais « les foyistes » se proposent de propager dans l’ensemble du corps social de notre pays voire de notre continent,  offre l’opportunité historique, de la possibilité de transformation radicale de notre société dans le sens des  grands et nobles idéaux de Fraternité et de Prospérité.

  Rejoignez-nous donc massivement à l’UFP. Avec notre soutien, créez des organes de ce parti là où vous vous le souhaitez. Prenez contact avec nous et mettez nous aussi en contact avec d’autres  foyistes partout où ils se trouvent.

 Nous appelons toutes les filles et fils de ce pays pour l’exécution de ce merveilleux projet !

 

 

YES WE BELIEVE, LET’S DO IT NOW!

QUE DIEU BÉNISSE LE CAMEROUN!

 

 

 

                « Alors le roi régnera selon la justice, et les princes gouverneront avec droiture… ».

La Bible, Esaïe 32 : 1,3.

« Ô vous, les croyants, pourquoi dites-vous et ne faites-vous pas ? Dire ce que vous ne faites pas est grandement haïssable devant Dieu. »

 Le Coran, verset de la sourate 61.

« Votre victoire démontre que personne ne doit avoir peur de changer le monde ». Nelson Mandela        à Barack Oboma, le 05 Novembre 2008.